Le sport chez "Tommy"

Paru en 1917

Cet extrait est issu d’un article de presse du magazine sportif La Vie au Grand Air.
A la veille de la Première Guerre Mondiale, l’usage de la photographie se démocratise dans la presse illustrée, et contribue à l’apparition et l’essor des premiers magazines modernes. Peu à peu, l’utilisation d’illustrations de dessinateurs et graveurs s’étiole au profit d’images issues de la photographie de reportage. A la fin du XIXème siècle, L’Illustration est notamment l’un des premiers journaux à enrichir ses articles de photographies en noir en blanc.
L’hebdomadaire sportif La Vie au Grand Air créé en 1898 par le  journaliste sportif bordelais Pierre Lafitte, passionné de cyclisme, est un autre exemple de l’évolution du journalisme moderne.
Composé de textes et de photographies de sportifs en action, la place de l’image est prépondérante dans chaque numéro. Illustré à soixante-dix pourcents, chaque numéro compte quarante-deux à quatre-vingt-quatre illustrations, pour une surface de dix à quatorze pages par numéro.[1]  Le renouveau graphique intégrant assemblage de photographies, mises en perspectives, nouvelles mises en page  et constructions typographiques dynamisent la lecture du magazine, et apportent une vision inédite de l’actualité sportive. Le lecteur est captivé.
Si la parution est au départ bimensuelle, forte de son succès, celle-ci devient rapidement hebdomadaire après un peu moins d’un an de parution.
Après avoir interrompu sa diffusion au début de la guerre, Lafitte revend le magazine en 1916. Racheté par Hachette et Cie, le magazine reparaît de façon trimestrielle, mais finit par disparaître complètement en 1922.

[1] Thierry Gervais, « L’invention du magazine », Études photographiques, 20 | Juin 2007, URL : http://etudesphotographiques.revues.org/997.