La Ballade des Trois Spectres

Gurney Ivor

HAUTS-LIEUX DE MÉMOIRE

Ivor Gurney

LA BALLADE DES TROIS SPECTRES

En montant en ligne près d'Ovillers
Dans l'eau et la boue glacées jusqu'au genou,
Ai rencontré trois spectres grimaçants, narquois,
Qui marchaient de front et s'entretenaient de moi.

Le premier a dit : "Voilà un bien brave soldat
Qui marche sans peur dans la nuit ;
Bientôt il reviendra sur une belle civière
Riant de la fine blessure qui le ramène au pays."

Le deuxième : "Voyez son visage, cher camarade,
La chance n'est pas avec lui, c'est évident ;
Un jour jusqu'à la moelle dans la boue il gèlera,
Et sur la Picardie son dernier regard portera. »

Mais leurs paroles amères n'étaient rien à côté
Du fiel maudit que cracha le dernier :
"Il sera épargné jusqu’à la dernière aube de la guerre
Mais vivra alors toute une heure le supplice de l'agonie."

Les deux premiers étaient des menteurs.
Regardez-moi l'arme à l'épaule : un, deux, trois;
J'attends le moment de savoir
Si le troisième a dit la vérité.
 

Extraits d'oeuvres - Ivor Gurney