C'était un pur enchantement ; mais ce pays de conte de fées était ponctué de petites croix blanches.

Orpen William

HAUTS-LIEUX DE MÉMOIRE

William Orpen

Jamais je n'oublierai la première fois où j'ai vu la Somme en été. Je l'avais laissée boueuse, gorgée d'eau et criblée de trous d'obus - le pire spectacle de désolation que l'esprit puisse imaginer. Mais aujourd'hui, en cet été 1917, aucun mot n'était assez fort pour exprimer sa beauté. L'épouvantable boue avait séché et formait une croûte d'un blanc pur et étincelant. Des pâquerettes, des coquelicots et des fleurs bleues dont j'ignore le nom, le tout en grande quantité, s'étalaient sur des kilomètres. Le ciel était d'un bleu pur et profond, jusqu'à une hauteur d'une dizaine de mètres, l'air fourmillait de papillons : nos habits en étaient couverts. C'était un pur enchantement, mais ce pays de conte de fées était ponctué de petites croix blanches, où sur la plupart on pouvait lire "Soldat britannique inconnu". (Ultérieurement, ces corps furent déterrés, presque tous furent identifiés et ré-inhumés dans les cimetières militaires.) Des libellules bleues traversaient les essaims de papillons ; plus haut des alouettes chantaient ; plus haut encore des aéroplanes bourdonnaient. Les uniformes, les fusils, tout ce qui avait été laissé là dans la confusion des combats avait chauffé au soleil et offrait une merveilleuse combinaison de couleurs : blanc, gris perle et or pâle. Les seules couleurs sombres étaient le bronze des fils barbelés et un chat noir qui vivait dans un abri bordantla rue principale de Thiepval ou ce qu'il en restait. C'était étrange, de voir ce chat noir vivant seul ici. Aucun humain, ni aucun autre représentant de son espèce, ne vivait dans les parages. Il me fallut des jours pour parvenir à l'attirer vers moi mais j'y parvins, même si notre amitié fut de courte durée. Où que je fusse dans le secteur, il finissait par me trouver et s'approchait en silence pour sauter sur mes genoux et planter en toute affection ses longues griffes dans ma chair.Plusieurs fois, j'ai supporté la chose sans broncher, mais un jour je lui ai donné une bonne tape. De ce fait, je n'ai jamais plus revu mon ami.

Le château de Thiepval, un des plus grands du nord de la France, avait presque été réduit à néant. Les ruines étaient recouvertes de fleurs. Quelques briques en avaient été extraites pour entourer la tombe d'un "soldat britannique inconnu".
Même Albert, cette ville morne et sans intérêt, offrait un visage chatoyant. Des fleurs poussaient sur le bord des routes ; les jardins abandonnés regorgeaient de roses ; une hutte avait été dressée près de la cathédrale et le Daily Mail était en vente chaque jour à quatre heures. Même la vierge dorée qui tenait son enfant dans ses bras en haut du clocher scintillait au soleil d'été.