Ersnt
1895 - 1998
JUNGER

Ernst Jünger est un écrivain allemand qui a combattu pendant les deux guerres mondiales.
Engagé volontaire dès août 1914 à l’âge de dix-neuf ans, cet homme éclairé, passionné de littérature et de romans d’aventures, a livré de précieux témoignages sur le quotidien des combattants du premier conflit mondial.
Engagé auprès du 73ème Régiment de Fusiliers, il arrive sur le front de Champagne fin décembre 1914. Présent sur les fronts du Cambrésis, de Lorraine (aux Eparges), d’Artois, de Belgique et de la Somme, il est grièvement blessé au poumon en août 1918, près de Cambrai. Cette septième blessure met un terme à la guerre d’Ernst Jünger.
Pendant le conflit, il tient assidument un journal où sont consignés ses commentaires et croquis très précis du quotidien du soldat, et qui sera la base de l’écriture d’Orages d'acier, publié en 1920. Profondément marqué par la guerre, son expérience est au cœur de nombreux autres ouvrages comme Le Combat comme expérience intérieure (Der Kampf als inneres Erlebnis ), publié en 1922, Le Boqueteau 125 (Das Wäldchen 125. Eine Chronik aus den Grabenkämpfen 1918 ), 1924, Feu et Sang. Bref épisode d'une grande bataille (Feuer und Blut. Ein kleiner Ausschnitt aus einer grossen Schlacht), 1925, ou Le Cœur aventureux, (Das abenteuerliche Herz. Aufzeichnungen bei Tag und Nacht ), 1929.

Après-guerre, il décide de se consacrer entièrement à sa carrière littéraire. Il devient une figure du milieu intellectuel nationaliste en Allemagne et participe à la Révolution conservatrice sous la République de Weimar. Si ses idées patriotiques et nationalistes ont séduit le parti nazi, il tient néanmoins à s’en éloigner, et se retire petit à petit de la vie politique. Constamment surveillé par le régime nazi, il finit par quitter Berlin à la fin des années 1930 et par se retirer à la campagne.
Toute sa vie il a publié de nombreux récits et essais. Sur les falaises de marbre, publié en 1939, est considéré comme son plus beau roman. Francophile, Ernst Jünger a vu son œuvre intégralement traduite en français. En 1982, bien que considéré comme une figure controversée des lettres allemandes, il reçoit le Prix Goethe pour ses œuvres.