Francis
1879 - 1916
Lind

En 1914, l'ancienne colonie britannique de Terre-Neuve, devenue territoire autonome en 1907, envoie son contingent de combattants en Europe, rassemblés au sein du 1er Régiment de Terre-Neuve (1st Newfoundland Regiment). L'unité sera quasiment décimée le 1er juillet 1916 à Beaumont-Hamel, avec 710 morts, blessés et disparus sur un total de 778 combattants, fauchés par les mitrailleuses allemandes avant d'avoir pu parcourir à peine 250 mètres. Francis Lind en faisait partie. Agé de 35 ans, il s'est porté volontaire dès le début de la guerre.
Après s'être entraîné en Egypte, Lind et son régiment furent expédiés aux Dardanelles en septembre 1915 pour renforcer la 29e division britannique. Hospitalisé l’hiver 1915-1916, d'abord pour la jaunisse puis pour des gelures aux pieds, Lind rejoint son unité en France en Mars 1916, bien qu’il souffre toujours de la grippe et de problèmes persistants au pied droit.
Les lettres qu'il envoie au pays sont publiées avec son accord dans le Daily News de Saint-John, capitale de Terre-Neuve. Il a été à sa façon le correspondant de guerre non-officiel de son île natale.
Francis T. Lind est mort le 1er juillet 1916, à proximité du pommier décharné où sont également tombés nombre de Terre-Neuviens ce jour-là. Mieux connu aujourd’hui sous le nom d’Arbre du Danger (the Danger Tree), le squelette du pommier est toujours visible au sein du parc. Il représentait un point de repérage idéal pour l’artillerie allemande dans un champ de bataille dévasté, et pour les Terre-Neuviens, un point de ralliement offrant une bien maigre protection.

Francis T. Lind est enterré dans le cimetière du Ravin Y, à l’emplacement D. 21. (Y Ravine Cemetery).