Edmund
1896 - 1974
Blunden

Peu avant sa mort, Edmund Blunden écrivait : « Ce que j'ai vécu pendant la Première Guerre mondiale m'a hanté tout au long de ma vie et souvent il me semble que j'ai plus vécu dans ce monde que dans celui d’après ».1 Tout au long de sa carrière d'écrivain, il n'a cessé de revenir d'une façon ou d'une autre sur ces années passées dans les tranchées, dans ses propres écrits, mais aussi en favorisant la publication de poètes tels qu'Owen et Gurney. Succédant en 1936 à Rudyard Kipling au poste de conseiller littéraire de la Commission des Sépultures de Guerre, il est revenu de nombreuses fois sur les champs de bataille et a rédigé des préfaces pour des ouvrages consacrés au premier conflit mondial.
Né en 1896, Edmund Blunden est issu d'une famille d'enseignants. Le Kent rural dans lequel il grandit lui procure un bonheur qu'il ne cessera de célébrer tout au long de sa vie, y compris dans ses poèmes de guerre. En août 1915, il s'engage sans illusion et arrive en France en mai 1916. Pendant deux ans, il se bat sur les trois principaux fronts tenus par les Britanniques : l'Artois, la Somme et Ypres. Gazé, il est rapatrié en Angleterre au printemps 1918. Il décroche la Médaille Militaire pour sa bravoure, fait qu’il ne mentionne pas dans ses mémoires de guerre.
Dès 1920, Edmund Blunden commence une carrière littéraire prolifique. Tout au long de sa vie, il écrira seize recueils de poèmes et trente volumes d'essais. Il a enseigné la littérature anglaise dans les universités de Tokyo, d'Oxford et de Hong-Kong. Figure typiquement britannique, grand amateur de cricket et de pubs, Blunden est une personnalité attachante et un auteur de premier plan. Ses mémoires de guerre, Undertones of War, sont généralement considérés comme ce qui a été écrit de mieux en matière de littérature de témoignage.



 
1 Let the Poet Choose, James Gibson, 1973.